Contenu | Menu | Recherche

L'Ordinateur est votre ami

Empire du Croissant (L')

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture dure de 208 pages en couleurs.

Description

Ce supplément décrit l’Empire du Croissant pour la seconde édition de 7ème Mer

À l’est du continent de Théah, à son Proche-Orient, règne un Empire millénaire, appelé l’Empire du Croissant. Il est nommé ainsi à cause de la forme de son sous-continent, ainsi qu’en référence au désert qui borde sa partie sud. Depuis sa fondation par Iskander le grand, il unit six nations, avec plus ou moins de bonheur, les conflits anciens et récents couvant toujours sous la cendre de même que les schismes religieux et des prétentions territoriales. Sans oublier ses voisins, de l’antique Numa jusqu’aux modernes nations de Théah, les relations sont pour le moins tumultueuses. 

L’Empire du Croissant est une transposition sur Terra de l’Empire Ottoman, proposant les éléments nécessaires pour jouer des scénarios dans une ambiance proche et moyenne orientale.

L’ouvrage s’ouvre sur une carte de l’Empire en seconde de couverture et sur la page suivante. Puis 3 pages d’illustration, crédits, mots de l’auteur, remerciements et table des matières.

Les Insectes du Palais (The Palace Insects, 4 pages) est une nouvelle sur la nécessité de s’unir et de faire front, par-delà ses égoïsmes, même lorsque l’on est que des insectes et que l’on est considéré pour quantité négligeable. 

L’Introduction (5 pages) décrit les cinq nations qui composent l’Empire, certaines sont directement inspirées de nations réelles de notre Terre. L’Anathol Ayh (la Turquie) qui dirige l’Empire, ensuite la Persis (la Perse) qui fut longtemps en conflit avec l’Anathol Ayh, puis le Sarmion nation de guérisseurs, d’érudits et de guerriers : les Yachidi (les hébreux) ; la Huitième Mer un gigantesque désert (la péninsule Arabique) et enfin Ashur qui abrite un peuple pacifiste et indépendant. Suit un lexique des termes utilisés dans l’Empire.

Le Chapitre 1 : L’état de l’Empire (Chapter 1 : The State of the Empire 50 pages) nous donne un aperçu de l’Empire du Croissant à l’époque de la seconde édition. Le trône de l’Empire vient tout juste d’être libéré d’un usurpateur, Istani, le frère de Safiye, la légitime impératrice. Le traître s’est enfui dans le désert de la huitième mer et est supposé mort. À peine le pouvoir conforté que le Sarmion appelle à l’aide contre les Numanaris qui l’attaquent ...   

Le chapitre s’intéresse ensuite à l’histoire : les luttes entre l’Empire Haxamanisiyen, l’antique Persis, les Numanaris de la Numa et les Anatholiens menés par Iskander le grand de Malcédonie. Ce dernier conquiert tout ce qui deviendra l’Empire du Croissant jusqu’aux marches occidentales du Cathay et fonde sa capitale en Anathol Ayh : Iskandar. S’ensuit une longue période de guerres sporadiques, principalement entre l’Anathol Ayh et la Persis, tandis la Vodacce et la Numa prenaient pied sur le Sarmion. Au même moment de profonds bouleversements religieux bouleversent Théah et l’Empire, avec la venue du troisième prophète qui fonde l’église Vaticine, prétexte à croisades et contre-croisades – les Croissantins envahissant le Numa et la Castille en représailles. Enfin de guerres intestines en réunification, l’Empire du Croissant arrive à l’époque de la seconde édition de 7ème Mer.

Le chapitre s’intéresse ensuite à la société et aux fêtes et coutumes qui sont partagées par tous les Croissantins. L’état de la science et de l’éducation y est décrit ainsi que les arts. La poésie occupe une place de choix parmi les arts, plusieurs formes de poèmes sont très prisées, par exemple le mathnawi et le piyyut. Le chapitre aborde les nombreuses religions qui coexistent avec plus ou moins de bonheur : les Elohims orthodoxes d’Ashur inspirés par le premier prophète Yesu, la religion de al-Din fondé par le second prophète et suivi par la majorité des habitants de l’Empire du Croissant, la religion de l’ahurayasna – originaire de Persis, autrefois puissante, maintenant persécutée – qui prône un affrontement entre le bien et le mal, et enfin le yachidisme pratiqué en Sarmion.

Sont ensuite abordés le système de gouvernement, le système juridique , la courtoisie et l’honneur et enfin les créatures surnaturelles que l’on peut rencontrer dans l’Empire. D’abord, les djinns qui suivent une hiérarchie scrupuleuse : par ordre de puissance viennent les ginnayê puis les afarit, les qutrana, les ghilan et enfin les perian.  Viennent ensuite les créatures des sables, bakhtaks, dybbuks et moult autres monstres.

Le Chapitre 2 : L’Anathol Ayh (Chapter 2 : Anathol Ayh 18 pages) ainsi que les suivants qui décrivent les nations de l’Empire, adoptent un format identique : évènements récents, histoire de la nation, gouvernement, religion, culture et coutumes, noms usuels, lieux notables. Enfin les relations avec les autres nations et la fiche de quatre personnalités marquantes.

Le chapitre revient donc sur les relations tumultueuses avec ses voisins, principalement la Persis. Les deux nations étant d’une taille équivalente, elles n’eurent de cesse que d’être en conflit, jusqu’à la création de l’Empire, lorsque l’impératrice décidât de prendre des époux et épouses parmi les dirigeants des autres nations, dont la Persis. Cependant cette règle a des limites, l’actuel Shah de Persis étant l’amant d’Istani, le frère félon de Safiye la légitime impératrice, il ne lui est pas fidèle. Le chapitre décrit les réformes que la sultane Safiye a initiées pour effacer les lois iniques de son frère et qui bouleversèrent la nation. 

Le Chapitre 3 : Ashur (Chapter 3 : Ashur 18 pages) décrit cette minuscule cité-état qui survit au milieu de tant de voisins avides. L’histoire d’Ashur est marqué par la venue du second prophète et sa fille. Elle se révélât être le troisième prophète et créa les Anachides ainsi que les Assassins. Les Assassins sont dits "les grimpeurs de la montagne verte" en référence à l’épreuve exigée d’eux par le Vieux de la Montagne pour rejoindre les rangs de ces terribles guerriers. On découvre l’importance des Assassins dans la défense d’Ashur, même si leur brutalité les met souvent en porte à faux avec les pacifiques Elohims orthodoxes. Enfin l’on apprend ce qui s’est passé lors du dernier équinoxe de printemps lors du pèlerinage de l’Arbre de Yesu, l’Arbre qui produit suffisamment de fruits pour nourrir tout le monde à Ashur chaque fois que leurs ennemis tentaient de les affamer. Cette catastrophe met en péril la survie même d’Ashur.

Le Chapitre 4 : La Persis (Chapter 4 : Persis 18 pages) décrit ce grand pays, célèbre par ses conflits et son passé glorieux. Héritier de l’Empire Haxamanisiyen, il n’eut de cesse que de se quereller avec son puissant voisin l’Anathol Ayh, puis après la création de l’Empire, de tenter de le quitter ou d’en devenir le centre du pouvoir et d’y rapatrier sa capitale, de gré ou de force. Nation belliqueuse, elle alla jusqu’à assassiner les émissaires du Khan du Kithai ; ce qui entrainât une réponse féroce et la conquête de la Persis par les khazaris, joug dont ils eurent du mal à se défaire. 

Le chapitre décrit l’organisation sociale du pays, le système de castes rigide et de classes sociales, l’esclavage qui est très pratiqué et la rébellion ainsi que l’insurrection qui est un mal endémique dans le pays. Paradoxalement l’abolition des décrets iniques tel le Sihirbazlarin Kayd ne fait pas que des heureux, alors qu’édicté par l’Empereur Félon et le Shah il fut prétexte à une terrible répression des sorciers et Magi. Il eut de plus pour conséquence la libération de Démons enfermés par l’Empire Haxamanisiyen en des temps immémoriaux.

Chapitre 5 : Le Sarmion (Chapter 5 : Sarmion 18 pages). Les Sarmionais suivent majoritairement la religion yachidit, tandis que certains ont été converti à l’al-Din et que d’autres vénèrent toujours d’anciens dieux. 

Trop proche de l’antique Numa pour son malheur, et tête de pont idéale pour qui voulait envahir l’Empire, le Sarmion fut régulièrement réduit en esclavage par les Numanaris, se révolta, recouvrit son indépendance, et fut de nouveau envahi. Lors d’une des dernières invasions par la Vodacce, le Sarmion reçut l’aide de l’Empire naissant et se lia à lui lors de la contre-invasion de la Castille et de la Numa. La dernière invasion par la Numa, sous le règne du félon Istani fut une des plus terrible. Le grand temple de Salemoria, la ville sacrée des Sarmionais fut intégralement détruite par le feu. 

Chapitre 6 : Les tribus de la Huitième Mer (Chapter 6 : Tribes of the 8th Sea 18 pages) par son immensité et ses dangers, le gigantesque désert qui occupe plus de la moitié de la surface de l’Empire est appelé la huitième mer. Dans cet environnement hostile ne vivent que des tribus de Bédouins qui règnent sur des territoires jalousement gardés, il y en a des multitudes mais les trois principales sont la tribu du chameau, la tribu du cheval et la tribu du loup. Le désert est inhospitalier mais le Désert Noir l’est encore plus, crée durant un gigantesque affrontement entre les forces du bien et les forces du mal, les ahuras et les daevas. Récemment, le réveil de Sahira un gigantesque serpent des sables a chassé la tribu du Loup sur les terres de la tribu du Cheval, ce qui est germe de conflits. Enfin le félon Istani a fui dans la Huitième Mer et est supposé mort, cependant les tributs sont persuadées qu’il se cache dans l'une d’entre elles.

Chapitre 7 : Aventures dans l’Empire du Croissant (Chapter 7: Adventuring in the Empire 53 pages) aborde les aspects techniques spécifiques à l’Empire du Croissant. En premier lieu la création de personnages issus de l’Empire : leurs historiques généraux et nationaux ainsi que les avantages que peuvent choisir les Croissantins. Sont ensuite évoqués plusieurs sociétés sécrètes : Alnniqabat Lilnnusr, une secte d’Assassin ; et la main de l’Ange, support des ahuras.

La sorcellerie est diverse selon les peuples et les religions :

  • L’Art du deuxième prophète, accessible aux Anatoliens et Dînistes, se base sur les merveilles que le praticien crée pour célébrer la création d’al-Musawwir. Il a aussi accès à deux miracles et une voie (voie du Dévot, de l’Humble, du Juste, du Miséricordieux, du Paria, du Vertueux, du Vrai), lorsqu’il a parcouru l’entièreté de la voie il peut construire une autre merveille et avoir accès à d’autres miracles et voies.
  • Le Chozeh accessible aux yachidis et sarmionais est transmis sous la forme d’un poème et rapporte les paroles d’Elolhah tel qu,il les dit à Saraya dans le désert. Douze promesses sont divisées en quatre strophes : les Prodiges, les Révélations, les Protections et les Promesses perdues. Seules les trois premières strophes sont accessibles aisément, on les inscrit sous forme d’amulette, de graphie ou de tatouage. Les pouvoirs dépendent de la promesse associée : endurance, force, vitesse, esprit clairvoyant, cœur serein, sens aiguisés, refuge, direction, santé. Les trois promesses perdues sont vie, prophétie et domination, elles ont été utilisées contre la récente invasion de la Numa et ont généré un grand trouble.
  • Le Khahesh-ahura accessible aux Persiques et Yasnaviens évoque le combat du bien (les ahuras) contre le mal (les daevas), il consiste à invoquer un des douze ahuras, qui confie au sorcier deux legs, soit commun (Célérité, Châtiment, Cicatrisation, Commandement, Conscience, Discipline, Majesté, Vigueur, Virtuosité, Vol) soit spécifique à l’ahuras. Lorsque les legs sont actifs apparaissent une paire d’ailes dans le dos du sorcier, jusqu’à la fin du pouvoir.
  • Le Mithaq Alqadim accessible aux Bédouins, consiste à attacher une partie de l’âme du khadim (sorcier) à un objet appelé thiqa qu’il confiera ensuite à une personne de confiance, ce qui lui donne prise sur le Khadim et sur partie de sa magie. Le khadim acquière deux pouvoirs : des Khidmas (services) qui peuvent être utilisés en mode mineur ou majeur. Les Khidmas sont : Assaut coordonné, Don du khadim, Douleur partagé, Intentions harmonieuses, le Messager, Mots de conjuration, Tourment.
  • Le Nawaru accessible aux Ashurites Hatapu ou Pèlerin de la montagne verte. Lorsque le Gardien du Premier Jardin attache un collier au cou d’un Assassin, ce dernier reçoit le pouvoir de manipuler la lumière mais aussi de se projeter dans un plan au-delà de la vie. Cela se traduit par des pouvoirs appelés Turru, majeur, mineur ou supérieurs qui sont tous des fragments de vie antérieure. Les Turru supérieurs ne sont accessibles qu’aux plus expérimentés en raison de leur puissance.

Enfin, l’on revient sur les intrigues et conflits qui minent l’Empire et qui risquent de dégénérer en crise rapidement. Puis un passage sur le combat de masse et les règles spécifiques pour le gérer.

Pour terminer on aborde la Kavita, les duels de poésie et d’éloquence qui ont une part importante dans l’Empire. Cependant tout ne peut se régler avec des mots et parfois l’acier doit parler, les divers styles de duel armés sont évoqués.

L’Annexe (Appendix 3 pages) contient un index thématique des principaux éléments abordé dans l’ouvrage.

Cette fiche a été rédigée le 25 novembre 2019.  Dernière mise à jour le 28 novembre 2019.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.

    Autres versions

    • Ouvrage original :