Contenu | Menu | Recherche

Ton jdr impitoyable

Horrors of the Z'bri

.

Références

  • Gamme : Tribe 8
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Dream Pod 9
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1999
  • EAN/ISBN : 1-896776-57-4
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 128 pages, couverture souple.

Description

Les Z'bris sont les principaux ennemis, et les plus dangereux, que les PJ peuvent rencontrer dans Tribe 8. Horribles, vicieux et cruels, ils occupent une place très importante dans le contexte du jeu. Il était donc normal qu'un ouvrage leur soit consacré. Horrors of the Z'bri est cet ouvrage.

Le contexte est présenté sous forme de nouvelles, témoignages, mémoires ou discussions. Ce sont les Z'bris et leurs serfs qui en sont les principaux acteurs, et on a donc droit à une dissection en règle de leur culture par les Z'bris eux-mêmes, ainsi que leurs propres vues sur le monde qui les entoure et sur leur histoire. On obtient donc un mélange irréel, des textes mêlant atrocités et poésie, un monde humain vue par des choses inhumaines... Inutile de dire que la lecture de ce livret est destinée aux personnes matures.

Les quatre grandes maisons de Z'bris sont présentées en détail, au travers de leurs membres, membres qui complotent, vivent, meurent ou font mourir.
On découvre les Sangis, des êtres qui ne pensent qu'aux plaisirs de la chair, les plus hédonistes des Z'bris, séducteurs pervers et dépravés.
Les Koleris, des monstres qui ne trouvent le plaisir que dans l'agonie et la souffrance de leurs victimes, ou dans leurs propres douleurs. Ce sont les guerriers des Z'bris, leur bras armé, heureusement liés aux autres par le poids de leurs traditions.
Les Flemis sont les plus étranges de tous : ces Z'bris se sont regroupés en deux énormes esprits collectifs, qui se font la guerre. Vivant un peu comme les insectes d'une immense ruche, ils ne trouveront le repos qu'une fois le reste du monde assimilé.
Enfin viennent les Melanis, d'étranges savants et scientifiques qui cherchent à percer les secrets de la vie et de la mort, en étudiant toutes sortes de cobayes, et ceci dans le but de trouver un moyen de retourner dans leur monde d'origine.

Tous ces Z'bris, à leurs manières, recherchent "The Seed", qui est à la base de leur pouvoir. Mais le principe même de la vie, qui ferait d'eux de vrais êtres humains et non des esprits habitant un corps, est probablement à jamais hors de leur portée. Pourtant ils continuent à étudier, aimer et détester l'humanité dans cette recherche.

Les maisons sont construites sur un système féodal, chacune est dirigée par un prince, des comtes et des ducs. Mais le chef suprême des Z'bris est le Baron, et ce depuis la mort de Tibor pendant la Libération. Le Baron est un Sangis et il fait son possible pour préserver le fragile équilibre entre les maisons, mais il ne faut pas sous estimer sa puissance. La vie des Z'bris est donc une suite ininterrompue d'intrigues et de complots pour le pouvoir.

Le livre ne se contente pas de présenter les quatre grandes maisons : les serfs, les misérables esclaves humains des Z'bris, sont aussi présentés en détail, ainsi que les étranges motivations qui peuvent les pousser à vénérer leurs tortionnaires comme des dieux. Les Gek'Roh, des Z'bris dont l'esprit est lié à celui d'un animal, punition ultime chez les Z'bris, ont aussi droit à leur chapitre ainsi que les Jo'Hans, des exilés vivant dans les hauteurs de Bazaar. Et finalement, mais non des moindres, les Chasseurs, des Z'bris qui ont fini par voir le mal que leur existence apporte dans le monde et qui chassent leurs propres congénères pour obtenir une certaine forme de pardon.

Une fois la partie traitant purement du contexte passée, la fin de supplément regroupe les nouveaux points de règle (nouveaux pouvoirs, rituels, caractéristiques de créatures et de PNJ...), ainsi qu'une analyse des différents concepts utilisés dans la création des maisons, les thèmes liés et des idées de campagnes. Le tout pour aider le weaver à mieux comprendre l'étrange et inhumaine manière de penser et d'agir des Z'bris.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 12 mai 2010.

Critiques

Denis Oblet  

Horrors of the Z'BRI est vraiment un ouvrage étonnant à plus d'un titre, il regorge de background et de secret pour le weawer, mais de plus la présentation est telle que sa lecture est un vrai plaisir. Au lieu de faire passer des concepts simplistes, les auteurs s'attachent à présenter les Z'bris comme les êtres tordus et complexes qu'ils sont. Plutôt que de nous inonder sous des statistiques, des points de règles et des archétypes comme beaucoup auraient pu le faire. Ils font vraiment passer "l'âme" des protagonistes du monde de tribe 8 au premier plan, et ici des Z'bris en particulier. Une réussite.

Mais attention toutefois, certain passage sont à réserver à des personnes matures. Tribe 8 n'est décidément pas un jeu à offrir à son petit frère.

Xavier Spinat  

Ce supplément est une des pierres de voutes de l'univers Tribe 8... Un peu comme le Chaos dans Glorantha, les Z'Bri constituent "la menace" : bien sûr, il y a d'autres conflits et d'autres combats, mais globalement tout le monde s'accorde à dire que les Z'bri sont des méchants pas beaux qu'il faut éliminer (on apprend d'ailleurs dans ce supplément que même certains Z'bri sont d'accord sur ce point).

Alors, bien sûr, si vous vous contentez de jouer des intrigues politiques dans les Tribus ou des rivalités chez les Déchus, ce supplément ne vous servira que peu. En plus, il n'est pas toujours facile à lire (anglais pas toujours trivial, thèmes parfois "durs", point de vue subjectif souvent désarçonnant...) : tout le monde ne s'y retrouvera pas...

Mais moi j'ai adoré. La logique de gamme Tribe 8 est parfaitement respectée : le background est exposé au début, avec un tas de perspectives super bien rendues et vraiment recherchées... puis à la fin viennent les éléments "objectifs", les règles et les aides de jeu...

Si vous n'avez pas aimé Tribe 8, laissez tomber. Mais si, comme moi, vous avez dévoré le jeu, vous savez ce qui vous reste à faire...

Thomas B.  

Du très bon boulot, très bien écrit, très bien présenté et assez exhaustif. On comprend bien les différences, les querelles qui font des z'bris une menace très hétérogène. On est saisi de désespoir devant le rapport des forces, et cela rajoute au côté sombre et triste de Tribe 8: les PJ vont devoir assurer s'ils veulent changer quoi que ce soit. Certains passages du livres sont extrêmements violents voire vomitifs. C'était nécessaire pour faire passer le message, mais ne laissez pas trainer le bouquin autour d'anglophones sensibles...

sk8bcn  

Après avoir lu le livre de base, les compléments de l'écran et le Vimary Sourcebook, je pensais en savoir assez sur les Z'Bri. Alors quand l'ouvrage démarrait par une plongée dans la société Z'Bri, je craignais la redite.

Mais c'était sans compter le talent des auteurs de Tribe 8. Les textes sont écrits du point de vue de Z'Bris, et on découvre une société de psychopathes, mais beaucoup plus complexe que prévue.

Par exemple, les Koleris sont la faction des Z'Bris violents et sanguinaires, inféodés aux Sanguis actuellement au pouvoir. On pouvait se demander pourquoi ils ne tentaient pas un coup d'état. Eh bien, le texte nous fait découvrir des créatures proche de la folie, à cause de la fermeture de leur royaume astral, qui contiennent leur rage sanguinaire en s'astreignant à un respect de traditions et qui éliminent ceux qui succombent à la folie.

A vrai dire, la société Z'Bri est complexe et intéressante. Et surtout, le lecteur continue à découvrir Tribe 8 et à s'interroger sur le monde. Les Z'Bri se voient comme des amoureux de la vie et cherchent (et jalousent) quelque chose que les êtres humains possèdent. Au point que je me demande si ces Z'bris ne seraient pas des âmes de défunts coincées sur terre (et donc coupées d'un cycle de réincarnations) après la fermeture de la porte vers leur monde. D'ailleurs, ils voient les fatimas comme les créatures de la mort et se voient comme ceux de la vie. Leurs serfs (des humains asservis) souffrent, mais ont la promesse que les Z'Bris réincarneront leur âme et ne disparaitront pas dans le néant. Et c'est pour cette raison qu'ils acceptent leur sort.

On nous offre aussi la description des Chasseurs, des Z'Bris qui se dévouent à éliminer leurs congénères, en châtiments de leurs crimes, et les Jo'han, les Z'bris exclus qui vivent dans les hauteurs de Bazaar.

Le livre est incroyablement riche, complexe, et est toujours un plaisir de lecture. Alors, le MJ aura un peu plus de mal à utiliser la moelle de cette ouvrage, car les Z'Bris sont des ennemis, et amener les PJs à découvrir leur société est plus difficile à mettre en scène.

Mais quand même, quel ouvrage, quelle qualité, quelle profondeur du monde !

Critique écrite en août 2022.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques