Contenu | Menu | Recherche

Wibbly-wobbly, timey-wimey, GROG

Dara Happa Stirs

.

Références

  • Gamme : RuneQuest
  • Sous-gamme : RQ IV
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 2008
  • EAN/ISBN : 978-1905850402
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 192 pages.

Description

L’ouvrage commence par les crédits et la table des matières sur une seule page, suivis de l’introduction (4 pages) présentant l’organisation du livre.

Chapter One - Dara Happa and the Oslir River Valley (54 pages) est une présentation du Dara Happa, de sa mythologie et son histoire, avec l’usurpation de cette société ultra-traditionnelle par l’Empire des Amis des Wyrms, le nouvel empereur étant un dragon doré (celui de la couverture). Ce chapitre décrit aussi la géographie et la société. La description des dix cités de l’empire forme le reste du chapitre, soit environ les deux tiers, dont deux sont gratifiées d’un plan : Raibanth, la capitale, et Yuthuppa.

Puis Chapter Two - Dara Happan Characters (7 pages) étend la création de personnages que l’on trouve dans le Player's Guide to Glorantha et introduit une nouvelle compétence avancée : League Influence. Celle-ci correspond à l’influence politique des personnages au sein de la ligue à laquelle ils appartiennent. C'est ensuite Chapter Three - Cults and Associations (20 pages) qui présente de nouveaux cultes propres aux cités ainsi que les ligues et les associations dont peuvent faire partie les personnages-joueurs (PJ).

La seconde partie du livre est consacrée à une campagne de 104 pages en 6 chapitres qui s’adresse à des personnages expérimentés dont le but n’est autre que de renverser le pouvoir draconique en place et restaurer l’ordre traditionnel du Dara Happa.

Dans A Poor Woman’s Son (15 pages), les PJ sont envoyés dans une mission apparemment banale, puis découvrent un vieillard qui n’est autre que le prétendant déchu au titre d’empereur. Ne pouvant le tuer de peur d’en faire un martyr aux yeux du peuple, le dragon doré l’a mutilé et exilé. Le vieil homme cache son existence depuis de longues années. Par un concours de circonstances, il se révèle aux PJ qui, selon toute vraisemblance, lui prêteront allégeance. Il leur présente son fils, Karvanyar, qui est, de par sa descendance, le prétendant naturel du trône de l’empire.

Seeing Out the Goddess (26 pages) voit les PJ se rendre à Mernita, une cité maudite par Yelm. La population des villages alentours s’est fourvoyée dans ses croyances, adorant une déesse et refusant de réintégrer le giron de Yelm. Le dragon doré cherche désormais à faire renaître la déesse pour assoir son pouvoir et les PJ devront empêcher sa résurrection par tous les moyens.

Le scénario Within the Green Walls of Hell (29 pages) emmène les PJ dans Alkoth, une cité en lien direct avec les Enfers du Dara Happa, pour y récupérer trois reliques mythiques. Pour ce faire, ils devront mourir, tout au moins rituellement, et réaliser une quête héroïque. Ils leur faudra notamment pénétrer dans un harem royal, dompter un dieu bélier et s’approprier le chariot de guerre du passeur des âmes.

Le chapitre suivant, intitulé As Vast as Emperors (15 pages), décrit le retour des PJ et de Karvanyar dans la capitale, où ce dernier présente au dragon doré les objets mythiques que les PJ et lui-même (de son côté) ont réunis, prouvant son statut de prétendant. L’entretien formel tourne rapidement à la confrontation, déclenchant la guerre civile. Tandis que Karvanyar combat le dragon doré, les PJ auront également fort à faire. Selon toute vraisemblance, le prétendant sortira vainqueur, mais il faudra encore chasser l’Empire des Amis des Wyrms du Dara Happa et se préparer aux représailles. Le chapitre se termine par l’intronisation de Karvanyar et le passage des dix tests. Les PJ sont également récompensés et accèdent désormais à la noblesse supérieure.

Lords of War (13 pages) devient un cadre de campagne sur 10 ans et décrit les grandes lignes, année par année, de la guerre opposant le Dara Happa à l’Empire des Amis des Wyrms, incluant des combats contre une armée du chaos dans Dorastor, l’intervention des God Learners, une difficile et fragile alliance avec des monothéistes de Carmani et des orlanthis, ainsi qu’une quête héroïque pour affermir l’alliance du fleuve qui traverse tout le Dara Happa. Plusieurs accroches sont fournies et il revient donc au MJ d’étoffer les informations pour développer la campagne.

Enfin, Dramatis Personae (6 pages) recense les principaux figurants de la campagne. Le livre se termine par un Index (2 pages).

Cette fiche a été rédigée le 9 février 2017.  Dernière mise à jour le 20 mars 2017.

Critiques

The King  

Cette campagne s’adresse à des personnages issus de la noblesse du Dara Happa et la description en début d’ouvrage est quasiment suffisante pour ce faire. Il est bien sûr toujours possible de se référer aux autres ouvrages parus (sans oublier les quelques numéros du fanzine français Broos), car même au 3e âge, la société des adorateurs de Yelm n’a guère changé.

Aussi ambitieuse soit-elle, la lutte contre l’empereur dragon de l’empire des amis des Wyrms (EWF) m’a plutôt déçu, car les scénarios sont assez convenus, même s’ils mêlent aussi bien quêtes classiques que mythiques. Par contre, le chapitre se déroulant dans Alkoth, la cité des enfers, est excellent et permet de passer des moments très déroutants. On peut d’ailleurs assez bien s’imaginer la descente aux enfers des héros de la mythologie grecque.

La dernière partie de la campagne retrace la guerre proprement dite entre l’EWF et le Dara Happa (et ses alliés improbables), après la chute (espérons-le pour les joueurs) de l’empereur usurpateur. Elle est cependant expédiée en quelques pages alors qu’elle s’étale chronologiquement sur une dizaine d’année. Certes, les grandes lignes et des idées sont fournies, mais le MJ doit se farcir un sacré boulot (alors que le livre fait déjà près de 200 pages).

Il y a malgré tout de grands moments épiques qui font que les joueurs adoreront certains passages, un peu comme la célèbre campagne du berceau géant dans Prax. De plus, la description d’une région très connue mais quasiment ignorée par les publications précédentes font de cet ouvrage un outil quasiment indispensable et fort utile, quelle que soit l’époque. La note correspond au final plus à 3,75 qu’à un vrai 4, mais même si la version Glorantha de Mongoose est presque catégoriquement rejetée par les puristes, quelque chose me dit que ce livre sera un jour collector.

Critique écrite en mars 2017.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques