Contenu | Menu | Recherche

L'imagination est plus importante que le savoir (A. Einstein)

Le SPIEL à Essen

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Reportages
Date : 26 octobre 2011

Voici le reportage de notre envoyé spécial en mission au salon des jeux d'Essen, en Rhénanie : le SPIEL, plus grand salon des jeux au monde.

Arrivé le vendredi soir tard à Essen, Le missionnaire est immédiatement allé profiter de sa chambre dans l'hôtel quatre étoiles situé devant le lieu du salon. Au GRoG, on ne se refuse rien, surtout quand on est président, parti évangéliser les peuples lointains et païens.

Ce n'est qu'un des halls, et pas le plus grand !

L'aventure ludique commence donc le lendemain matin, au milieu d'une foule impressionnante qui se presse pour entrer : 150.000 visiteurs attendus sur 4 jours. Notre missionnaire, revêtu du saint tee-shirt jaune, couvert de la chasuble-chemise bleue brodée et porteur de la tiare-casquette, portant son Bag of many things bien lourd sur le dos, commence à explorer les terres non-groguiennes qu'il lui faut convertir. Il passe les heures suivantes à marcher sans cesse, et dans l'après-midi, il découvre encore des halls d'exposition qu'il n'avait pas trouvés le matin. C'est immense, une dizaine de halls de taille variable, plus une galerie couverte : 44.100 mètres carrés au total. Deux des plus petits halls contiennent en fait la Comic Action, convention BD, comics et manga, organisée en parrallèle, et accessible à tous les visiteurs du SPIEL. L'ambiance et le public y sont un peu différents, plus geek et moins familial. Le cosplay y est plus répandu encore !

Les halls sont quelque peu spécialisés, et les JdR sont finalement assez concentrés, mais bien présents, alors qu'à première vue ils semblaient absents. En fait c'est simplement que les premiers halls sont ciblés jeux grand public et qu'il faut s'enfoncer dans le salon pour trouver les zones les plus rôlistes. Il y a là par exemple des vendeurs de jeux d'occasion, JdR, wargames et autres, qui ont des raretés à proposer. Notre envoyé commence à sentir le danger rôder autour de lui. Ces mécréants veulent la mort de son porte-feuille, c'est évident !

Ce vendeur est dangereux !

La mort peut aussi tomber inopinément sur le missionnaire imprudent par les spécialités culinaires locales, telles que les sandwichs bratwurst im bröchen ou frikadellen. Elles frappent fourbement en dessous de la ceinture, car elles sont bonnes et pas chères. Difficile de résister à la tentation ! Pareil pour les bars à jus qui proposent des cocktails improbables au malheureux non germanophone qui veut chercher un verre de jus d'orange et se retrouve avec un mélange à base de carottes... Le coup en traître classique !

Une discussion avec l'autochtone apporte quelques renseignements intéressants sur la situation locale du JdR. D'abord, les jeux se vendent mal s'ils n'intègrent pas de fantastique. Il faut de la magie quelque part sinon c'est mort. Shadowrun doit à cette exigence une partie de son succès. Ensuite, la production locale est finalement assez réduite et les principaux succès, à savoir l'Oeil Noir et Midgard, sont du med-fan assez classique, dont le succès ne se dément pas, en particulier pour l'Oeil Noir, doté d'une gamme gigantesque. Les petits éditeurs semblent voués à sortir des livres de base magnifiques et coûteux, suivis au mieux de quelques suppléments avant de mettre la clef sous la porte.

Une petite partie de la gamme Oeil Noir actuelle.

Quant aux traductions, elles se limitent souvent au livre de base et quelques suppléments essentiels, car l'anglais est fort répandu, et le reste sera consommé en VO. L'interlocuteur parlait même d'une américanisation des populations plus poussée qu'en France pour expliquer ce phénomène. Les JdR français traduits, cela ne lui évoquait rien, sauf un truc très improbable pour jouer dans l'univers des séries des années 70 - 80, dont nul ici n'a jamais entendu parlé, et qui est en fait d'origine US. Pourquoi il l'associait à la France ?

Parmi les américains présent, notons Blade - Flying Buffalo, avec des exemplaires de Tunnel & Trolls et de Citybooks. Il a bien fallu craquer pour quelques-unes de ces merveilles, après une partie de Nuclear War qui a vu l'extermination de Rick Loomis, le PDG qui affrontait imprudemment El Presidente. C'était amusant de redécouvrir des saints textes ludiques oubliés par chez nous, comme les livrets Lost World ! Mais le lieu est vraiment international, et on peut se faire alpaguer par le représentant d'un éditeur finlandais ou tomber sur un stand de wargame sur figurine russe. Divers éditeurs français ont fait le voyage et il est possible de taper la discut avec Hicham des Editions du Matagot ou de voire ceux de Repos Prod, toujours en sombreros, exhiber un Ghost Stories avec plateau 3D.

Du côté de Comic Action, il y a des vendeurs, mais aussi beaucoup de dédicaces. Que le nom ne trompe pas le missionnaire imprudent : manga et BD européennes sont bien représentés. Il est piquant de voir les classiques français comme Astérix, Lucky Luke ou Tanguy et Laverdure en allemand ! Souvent au passage la couverture est devenu souple, ce qui peut surprendre. Pas mal de cosplay, steampunk en particulier, alors que dans le hall GN c'était du med-fan, y compris en armure métallique.

Et chez un autre vendeur d'armure, il est possible de se renseigner sur les dernières tendances de la mode. Cette année, la cotte de mailles se porte près du corps, et assez courte !

Pendant que d'autres proposent des écharpes et serre-têtes dragon en peluche, ici on vous apprend que les cornes se portent fièrement sur la tête...

N'oublions pas que les enfants sont accueillis, avec château gonflable, saut à l'élastique sur trampoline et voitures à pédales dans une grande galerie. Pratique quand ils commencent à trouver le temps long aux tables de jeu. Astucieusement, un stand Haribo est à proximité, et rappelle que la maison-mère est en Allemagne. Encore un coup fourré !

Mais déjà, après avoir affronté les romains pour le contrôle de la Sicile, la fin du salon s'annonce et le missionnaire, fourbu mais heureux, doit s'en retourner. Il va falloir réfléchir à une délégation pour une prochaine fois, car ces terres sont bien trop vastes pour être évangélisées par un seul groguiste, fut-il "El Presidente" !

Mentionnons pour finir les stands de déco gothique, qui vous offrent le café si vous achetez un mug. C'est toujours d'un goût parfait avec par exemple ces accessoires pour WC :

Pour en savoir plus, trois sites en anglais (voire allemand) :