Contenu | Menu | Recherche

Salut, et merci pour le jdr

CIIL 2013

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Reportages
Date : 03 avril 2013

Souvenir des temps passés -fragments et choses vues- : CIIL 2013

 

Deux brefs passages à la convention CIIL 2013, thème de Charybde en sCIILa, organisée par le club de jeu de l'INSA de Lyon, m'ont permis de faire quelques rencontres et observations, ainsi qu'une petite conférence débat. Tout ceci est fort incomplet, car je n'ai pas vécu l'intégralité de l'événement. Je peux juste dire que comme d'habitude, ils avaient imprimé dix fois trop d'affiches et qu'il en restait assez pour retapisser un amphi, que la date ne semble pas avoir passionné les foules. Entre le week-end de trois jours et l'existence de plusieurs autres conventions simultanées, la fréquentation fut moyenne.

Mais cela n'empêche pas une bonne ambiance, à base de jeux sympa, rôle ou plateau, de concours baroques, de coups de gong pour annoncer les événements, de buvettes présentant un menu d'ambiance (sandwich et salades rebaptisés façon antiquité). Bref ça s'est bien passé.

Sauf un incident le samedi soir quand des jeunes plus ou moins ivres et pas joueurs du tout ont voulu s'amuser un peu et qu'il a fallu faire appel à la sécurité du campus pour les sortir. Mais ce n'est pas ce que je retiendrai de cette édition. J'ai aimé voir les orgas pousser collectivement la chansonnette sur scène, et démontrer qu'on peut être étudiant ingénieur et ne pas savoir chanter ! J'ai aimé le débat qui a suivi ma petite conférence sur les sorties de jdr en souscription, et le manque de sécurité juridique du procédé. Certains ont été surpris. J'ai aimé découvrir la liste des défis qui pouvaient être réalisés pendant la convention, et qui ont amené un des orgas à devoir dessiner une biche à l'échelle un, ou faire le sanglier dans les couloirs. Une histoire de douze travaux d'Hercule, paraît-il. D'autres défis étaient dotés de noms mystérieux et les participants pouvaient parfois les réaliser sans savoir en quoi ils consistaient. Vu la nature destructrice de certains (ah, le maelstrom !), il y eu du soulagement en constatant que nombre d'entre eux n’avaient pas été mis en œuvre.

G2L2corps, association de la culture geek lyonnaise (Geek et geekette Loire et lyonnais) était quasiment co-organisatrice et son blind test fut un moment intéressant, pour ceux qui en avaientt les moyens : reconnaître des dizaines de musiques d'animé... Et dans le genre triturage de méninges, les clujistes avaient préparé un quizz ludorôliste dont le dépouillement fut un grand moment. Il paraît que j'étais pas autorisé à jouer, mais je ne vois pas pourquoi. Certaines réponses nécessitaient une intense culture ludique, certes, mais les jeux de mot les plus infâmes présidaient à d'autres réponses. Je me souviens juste de la marque de laitage la plus dangereuse sur un navire, et je vous laisse chercher la réponse.

Bref, une fois encore il y a eu des lots et des sponsors à remercier pour ça, des gagnants émus et des orga fatigués, et une bonne convention qui s'est terminée le dimanche vers 16h, ayant tourné sans interruption depuis le vendredi soir. A l'an prochain, les gars !